Comment le résultat d'un sondage peut être contenu dans les questions posées. L'exemple du c


Début 2018, un sondage sur les Français et le complotisme a beaucoup fait parler de lui, avec sa conclusion sans appel : les Français sont complotistes, puisque 8 sur 10 croient au moins en une des théories fumeuses qui leur étaient soumises.

Devant un constat aussi alarmant, ce sondage a subi de nombreuses critiques dans la presse. Ce que l’on comprend parfaitement : c’était une claque pour tous ceux faisant profession d’informer, mais aussi d’éduquer et même d’élever leurs prochains !

Il est vrai que le questionnaire était compliqué, voire baroque. Manifestement la volonté de mesurer finement le niveau de complotisme a conduit ses concepteurs à mélanger un peu tout et n’importe quoi. À l’image de ce que les tenants de ce nouvel obscurantisme font circuler. Mais la limite de l’exercice a été dépassée lorsque le niveau de complotisme d’un individu a été calculé en sommant le nombre de canulars proposés auxquels il adhère …. Nous donnons ici les résultats pour les 11 assertions qui ont servi à calculer ce niveau de complotisme :

Les 11 assertions proposées à évaluation composaient une salade de choux et de carottes, difficiles à additionner. Y sont mêlés des faits proposés à appréciation et des croyances, des vieilles sornettes et des inventions beaucoup plus récentes.

L’examen, du point de vue de la technique « études », illustre très bien les problèmes de la mesure :

1. « Le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins » : probablement l’assertion à laquelle une adhésion déclarée est la compliquée à interpréter, du fait du contexte. Il est possible d’y adhérer au moins partiellement pour deux raisons : en dénonciation d’une collusion entre autorité publique et industrie pharmaceutique, ou en cas de doutes sur l’innocuité des vaccins. Ce dernier point a été sur la place publique cet automne, juste avant le sondage. Mais avec des débats extrêmement virulents, durant lesquels les accusations de collusion d’un côté et d’obscurantisme de l’autre ont volé bas. On peut donc se demander ce que mesure le résultat (55% des Français, 42% des bac+5, y adhèrent) : est-ce l’accord à une théorie complotiste, ou simplement le constat du trouble qu’a provoqué un débat tout à fait public ?

2. « La CIA est impliquée dans l’assassinat du président John F Kennedy à Dallas ». Référence à la plus vieille antienne complotiste, déjà connue par 75% des complotistes. Mais la formulation utilisée élargit la possibilité d’adhésion, puisqu’est mentionnée une « implication » de la CIA. On peut donc adhérer si on pense que la CIA a organisé, mais aussi si elle a simplement laissé faire, voire même si a posteriori elle a cherché à cacher ses insuffisances. D’ailleurs, 54% adhèrent (41% chez les bac+5).

3. « Le virus du sida a été créé en laboratoire et testé sur la population africaine avant de se répandre à travers le monde ». Là aussi deux « faits » : le SIDA a été créé par l’homme, et il est parti d’Afrique (ce dernier fait étant semble-t-il avéré). Deux raisons pour adhérer.

4. « Les groupes terroristes djihadistes comme Al-Qaïda ou Daech sont en réalité manipulés par les services secrets occidentaux ». Sont mélangés Al-Quaïda et Daech. Sachant qu’Al-Qaida est historiquement issu de la lutte contre les envahisseurs soviétiques de l’Afghanistan, qui a eu le soutien des USA … Là aussi, la formulation permet donc de ratisser large …

5. « La Révolution française de 1789 et la révolution russe de 1917 n’auraient jamais eu lieu sans l’action décisive de sociétés secrètes tirant les ficelles dans l’ombre ». Qu’est-ce qu’une société secrète ? Tous ceux qui pensent que les Lumières ou les Bolchéviques étaient des sociétés secrètes peuvent adhérer à cette assertion. Sont-ils pour autant complotistes ?

6. « Il existe un projet secret appelé le « Nouvel Ordre Mondial » et consistant à mettre en place une dictature oligarchique planétaire » : très baroque ! L’expression « nouvel ordre mondial » est largement utilisée journalistiquement, et le « Nouvel Ordre Mondial » est de fait un objet médiatique… au contenu très flou. Alors pourquoi pas une dictature mondiale ? …

7. « Certaines traînées blanches créées par le passage des avions dans le ciel sont composées de produits chimiques délibérément répandus pour des raisons tenues secrètes » : sur la formulation, rien à redire. Son flou (« certaines traînées … », « de produits chimiques … », « des raisons tenues secrètes … ») est représentatif de ce qu’est une rumeur insidieuse : plus est floue, plus elle est peut-être la fumée d’un feu existant … Ce qui est à l’opposé de la précision de certains autres items, se voulant l’expression de théories constituées. Entre rumeur et théorie du complot, il y a la même distance qu’entre scepticisme populiste et paranoïa conspirationniste.

8. « Dieu a créé l’homme et la Terre il y a moins de 10 000 ans » : deux problèmes pour cet item. Il contient deux assertions (Dieu est le créateur, et c’était il y a moins de 10 000 ans), et donc deux raisons d’y adhérer. Et surtout : une assertion portant sur une conviction religieuse a-t-elle sa place dans une mesure du complotisme ?

9. « Les États-Unis ont développé une puissante arme secrète capable de provoquer des tempêtes, des cyclones, des séismes et des tsunamis en n’importe quel endroit du monde » : c’est une assertion précise, une théorie, plus qu’une rumeur floue. Mais elle très nouvelle : moins de 20% des interrogés en avaient déjà entendu parlée.

10. « Les Américains ne sont jamais allés sur la lune et la NASA a fabriqué des fausses preuves et de fausses images de l’atterrissage de la mission Apollo sur la lune » : une antienne très ancienne, largement débattue.

11. « Il est possible que la Terre soit plate et non pas ronde comme on nous le dit depuis l’école » : dans l’esprit c’est aussi une très vieille histoire. Si ce n’est que la formulation n’est pas « la terre est plate » mais « il est possible que … », ce qui augmente un peu la possibilité d’y adhérer.

Nous voyons que les 11 items proposés à l’adhésion des sondés sont très hétérogènes, selon trois axes :

  • La formulation est souvent très large et embarque plusieurs motifs d’adhésion éventuelle

  • Avec souvent le mélange d’un fait réel et d’une invention, crédibilisée par sa proximité avec le fait avéré.

  • Les objets décrits par ces items peuvent relever de catégories différentes : des rumeurs floues, des opinions et convictions, de vraies théories complotistes ...

  • Sont mélangées des théories anciennes, et d’autres très récentes

Sur ce dernier point, on constate que pour les « théories » les plus récentes, adhésion et connaissance préalable (avant le questionnement) sont au même niveau. Ceux qui savent et ceux qui adhèrent sont les mêmes (sous réserve d’un retour aux données individuelles). Nous avons affaire probablement à un socle de vrais complotistes, légèrement gonflé par la formulation pour les items « Terrorisme », « Révolution » ou « Nouvel ordre mondial ». Ce socle ne serait donc à peu près mesuré purement qu’à travers les items « Arme secrète » et « Trainées blanches ». Ce qui le situerait à environ 20% des Français. Bien loin des 8 Français sur 10 qui ont fait les gros titres.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2023 by Business Solutios. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now